2) Symboles sataniques et appellations de la bête

SYMBOLES

 

- Pentacle / Pentagramme  Le pentagramme ou pentacle. L’étoile à cinq branches. Il a plusieurs significations selon le contexte dans lequel il se trouve.

 Le pentagramme droit :

Le pentagramme droitUn pentagramme est une étoile à cinq branches. On peut l'appeler aussi pentalpha dans la mesure où cette étoile est formée de cinq A enlacés. Un pentacle est un pentagramme encerclé. Le terme est fortement connoté de « magie ».

Le pentacle droit (pointe en haut) est supposé bénéfique ou neutre. Chaque pointe représente un élément : la lumière, la terre, l’eau, le feu et l’air.

Le pentacle droit, représente l’harmonie, la beauté, la perfection.

Le pentagramme à l'endroit a pour signification l'évolution spirituelle, se tourner "vers le haut".

  

Le pentagramme inversé :

Pentagramme inverséLe pentagramme inversé a quand à lui comme signification le fait de se tourner vers la terre, vers le matériel, la matérialisation des énergies dans notre sphère physique. Le pentacle inversé, selon son contexte, représente son contraire. Il représente le diable, le mal, la destruction, la vengeance,... Il est dit maléfique ou diabolique.

Il possède une connotation négative.

Ce pentacle est aussi utilisé par le mouvement anarchique, il symbolise alors l'anti-loi, l'anti-règle, l'anticonformisme et l’anticléricalisme.

 

Baphomet, le logo officiel de l'église de Satan :

Pentagramme satanique

On peut également retrouver le Baphomet sous la représentation suivante, qui symbolise davantage le Satanisme Morderne (qui a vu le jour en 1969, grâce à Anton Szandor LaVey.

Le pentagramme inversé dans lequel est incrustée la figure d'un bouc est le symbole de l’église de Satan. Anton LaVey est le concepteur du logo de son église devenue célèbre.

Les cornes du bouc s'inscrivent dans les deux pointes du pentagramme dirigées vers le haut. Les oreilles de l’animal s'inscrivent dans les pointes intermédiaires. Enfin, le museau et la barbiche du bouc correspondent à la dernière pointe dirigée vers le bas.

Les trois pointes orientées vers le bas représentent la négation de la Trinité tandis que les deux pointes dirigées vers le haut, les cornes, symbolisent le défi. Le pentagramme est entouré de deux cercles qui contiennent cinq chiffres hébreux.

Les caractères hébreux représentent les lettres signifiant "Léviathan", démon issu de livre de l’Apocalypse de Jean.

- La main cornue ou le salut cornu :  

Main cornue

- L’image de gauche (main gauche) est un signe qui représente la déesse cornu de la sorcellerie Pan ou Cernunnos, notez que le pouce est positionné sous les deux autres doigts. Ce signe est la Mano Carnuto, il est censé protéger les personnes du mauvais œil.

- L’image de droite (main droite) est un signe d’approbation de personnes faisant partis d’un groupe occulte. Quand cette main est pointée sur quelqu’un c’est censé lui envoyer une malédiction. Ce signe représente le côté obscur de la force, différent de l’image de gauche.

Salut cornu :

Salut cornu

Ici le signe est utilisé lors d’un rituel satanique.

On voit aussi souvent dans les concerts les fans lever leur main en faisant un signe sataniste. Qui représente les cornes de Satan. Mais en réalité il arrive très souvent qu'on produise ce signe plus par imitation de groupe que part conviction sataniste individuelle.

- La croix inversée :

Croix inversée

 

A l’ origine, elle symbolise le rejet du sacrifice de Jésus pour les pêchés de l'Humanité. Désormais elle représente plus que jamais un rejet de l'Eglise chrétienne en elle-même et de l'intégrisme et de la morale chrétienne, ainsi elle n'est pas uniquement portée par les satanistes, mais par tous ceux qui veulent exprimer ce rejet.

 

 

 

 

- Le Baphomet (bouc de Mendès, bouc du sabbat):

Le BaphometLe Baphomet est sans contredit le symbole le plus connu du Satanisme moderne. Le symbole du Pentagramme inversé ou Baphomet est utilisé pour représenter Satan. Cette image date du XIXe siècle. Voici plus en détails ce qu’il représente :

Le bouc est un symbole de fécondité, lunaire et nocturne. Il était immolé pour le dieu Bacchus dans la Grèce antique. Le Dieu Pan, faune ou satyre, en est l'une des représentations les plus communes. Par le sacrifice d'un bouc, — d'où l'expression populaire "bouc émissaire" — on expie les impuretés. Les méchants au moment du Jugement dernier sont des boucs placés à gauche du Seigneur.

Il est donc devenu la représentation totémique de l'Antéchrist.

La tête du bouque représente la fertilité et la flamme au-dessus de la tête représente le savoir, l’esprit. Les cornes représentent en outre la défense du savoir ainsi que les récipients pouvant recevoir la sagesse.

La main droite pointe la lune, tandis que la main gauche pointe son reflet dans l’eau : le mal et le bien ont été inversés et le mal est déguisé en bien tandis que le bien lui est déguisé en mal.

Il porte l'étoile à cinq branches renversée sur le front, le nombre 666 sur l'avant-bras (et non la main ou le front comme l'annonce la bible), une croix renversée dans la main droite et brandit sa main gauche avec le signe cornu. Le 8 couché symbolisant l'infini, est ici un signe de lascivité et d'oisiveté. Ses ailes rappellent qu'il est un ange déchu.

- 666, le nombre de la bête :  

Le nombre de la Bête est contenu dans l'Apocalypse de Jean, dernier livre de la Bible Chrétienne, au chapitre 13, verset 18. Ce nombre est « six cent soixante six » ou, en chiffres arabes, « 666 ». (On appelle hexakosioihexekontahexaphobie la peur de ce nombre.)

« Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. » Traduction de Louis Segond, en 1910, du chapitre 13, verset 15-18 de l’Apocalypse de Jean.

 

APPELLATION

 

Le diable n’a jamais était considéré comme une personne a part entière. D’ailleurs, l'Ecriture comme la tradition montrent bien qu'il n'a pas de nom propre. Tous ses noms désignent, soit une fonction, soit un caractère.

Tout d’abord, il y a Abbadon en hébreux signifiant « destruction » ; puis Asmodée signifie « mauvais démon » et Azazel qui veut dire « bouc émissaire ». Il y a Baphomet qui était l'idole mystérieuse que les chevaliers de l'ordre du Temple furent accusés ainsi que Beelzébul ou « Belzébuth » qui est un dieu cananéen dont le nom signifie Baal, « le prince » ensuite Béliar, qui vient de Bélial signifiant « vaurien ». Le mot Démon se traduit par « esprit », en grec.

De plus, le Nouveau Testament ne parle que « des » démons, dire « le démon » pour désigner le diable est récent.

Quand à Diable,  pris aux grecs « diabolos » de même sens, est un adjectif signifiant en grec classique " qui désunit, qui sème la haine ".

Lucifer veut dire « porteur de lumière ». On le nomme aussi : Malin « rusé », ou « mauvais». Méphistophélès qui est personnage diabolique du Faust de Goethe. Et enfin, Samaël «Poison de Dieu ». Satan « adversaire ou accusateur ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site